Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2009 6 04 /07 /juillet /2009 11:54

A l'entrée sud se dresse un pavillon contenant dans des châsses en verre des statuettes de Bouddha dans ses 28 incarnations antérieures . Un peu plus loin , le pavillon des Arakanais abrite un Bouddha couché de 8m50 de long ; cette position est celle du Bouddha sur le point d'entrer au nirvâna . A côté un pavillon chinois renferme de belles sculptures sur bois . Vers l'entrée ouest , une petite pagode alvéolée de niches abrite huit statues de Bouddha surmontées d'un animal correspondant à un jour et à une planète . Vient ensuite le pavillon qui contient la cloche Mahaganta offerte par le roi Singu en 1778 . Au nord-ouest le pavillon du Bouddha assis , position dans laquelle il atteignit l'éveil. Au nord une pousse de l'arbre Mahabodhi , banian sacré de Bodhgaya en Inde , sous lequel le Bouddha est  censé avoir atteint l'éveil , fut planté le 4 janvier 1948, jour de la naissance de l'Union birmane . Face au temple du nord , vous verrez le Puits des cheveux sacrés dans lequel les huit cheveux de Bouddha auraient été lavés et qui serviraient de reliquaire ; derrière , l'association Zedi Yangana tient une bibliothèque de 6000 ouvrages . Non loin se trouve encore la copie de l'empreinte de pied que le Bouddha aurait laissé à Minbu . Après avoir franchi l'entrée nord vous remarquerez une reproduction de la pagode Mahabodhi de Bodhgaya ; à la suite un pagodon doré puis le sanctuaire abritant le Bouddha Sutaungpyi qui exauce la prière ; devant est posée une pierre à voeux , si elle paraît légère quand on la soulève , le voeu sera exaucé . Tout le coin nord est occupé par la pagode Naungdawgyi , modéle réduit de Schwedagon . Au sud de cette pagode un pavillon abrite une statue assise du Bouddha dont les yeux sont de dimension différente en mémoire deShin Itzagona , moine alchimiste qui selon la légende , remplaça ses yeux crevés par un oeil de chèvre et un oeil de taureau . En haut de l'escalier est se dressent les trois stèles du roi Dhammazedi , fin XVème siècle ; le premier pavillon est ensuite celui d'U Nyo ; le coin sud-est est marqué par un pilier de prières surmonté d'une oie , oiseau sacré de l'ancien royaume de Pegu . Ce type de pilier indique le sud-est de toutes les pagodes . Vous verrez aussi un banian issu d'une graine de l'arbre Mahabodhi . A l'entrée sud , petit musée de la pagode .
Se laisser prendre par l'atmosphère magique de lieu avant de redescendre doucement vers la ville en traversant les quartiers qui , sur les pentes de la pagode , vivent plus ou moins grâce à elle .

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 14:43

Le stupa s'élève sur une colline de 55 m que l'on gravit par quatre escaliers situés aux points cardinaux . Ces escaliers couverts appelés " zaungdan " , possèdent encore à certains endroits de vieux piliers de teck , de belles sculptures en bois et des peintures sur bois illustrant la vie de Bouddha . Les escaliers sont bordés d'échoppes proposant tous les produits de l'artisanat religieux , des ouvrages pieux , des consultations d'astrologie mais aussi des objets d'ivoire , des marionnettes birmanes etc...L'escalier sud , accès principal au stupa , est gardé par les statues de deux " chinthe " , lions mythiques en brique et plâtre . Il commençait autrefois sur Pagoda Rd de part et d'autre
de laquelle on peut encore voir des maisons de pélerins , " zayat " , et des monastères.
L'escalier ouest est de facture moderne ; vous pouvez monter par un des trois ascenseurs , au sud , à l'ouest et au nord ; mais n'oubliez pas de vous déchausser ! Les escaliers mènent à la plate-forme rectangulaire de 240 m sur 300 accessible à tous , au centre de laquelle se dresse le stupa d'une circonférence de 450 m de forme approximativement conique . Les détails de sa structure s'expliquent symboliquement : sa base octogonale , est entourée de 64 pagodons ; elle est surmontée de trois terrasses superposées , dont la première accessible aux hommes seulement , est cernée de 64 petits stupa et de quatre plus grands ; se superposent ensuite la cloche , 22 m de haut ; le turban , 1m25 ; le bol à aumône renversé ; la fleur de lotus , puis une partie de forme bulbeuse imitant la fleur de bananier . L'ombrelle , hti , décorative , offerte par le roi Mindon en 1871 , s'élève ensuite de dix mètres , laissant le vent jouer dans ses 1488 clochettes en or et en argent . Une girouette pivote sur la tige de 4m50 qui le surmonte . Enfin , dernier ornement , un globe en or incrusté de 4351 diamants , rubis et saphirs renvoie sous certaines lumières et à différentes heures de la journée un rayon vert .
A la base du stupa , face aux escaliers , se dressent quatre grands pavillons servant de temples , " tazaung " , abritant chacun les statues  d'un des quatre bouddhas dont la pagode renferme les reliques : celui de Bouddha Kassapa à l'ouest , celui du Bouddha Gautama est au nord et celui du Bouddha Kakusandha à l'est .
Les huit coins de la base sont marqués par des autels surmontés de petits bouddhas en albâtre , dédiés aux planètes qui commandent aux huit jours de la semaine ; sept plus Rahu , entre le mercredi et le jeudi .
Quand ils vont à la pagode , les Yangooniens honorent toujours un de ces autels , celui de leur jour de naissance qui est aussi , en astrologie birmane , leur signe zodiacal . Le culte de ces autels ne relève dons pas du bouddhisme orthodoxe mais de toutes les observances prébouddhiques ou non qui ont persisté dans la religion révélée . D'autres manifestations de ces pratiques et des croyances qui leur sont associées apparaissent sur la plate-forme de la Schwedagon avec les représentations de chinthé , serpents , ogres , yogis , divinités birmanes ou hindoues . Sur le pourtour de la plate-forme se dresse encore de nombreux pavillons , tous décorés et surmontés de toits à cinq , sept ou neuf étages . Faire le tour de la pagode dans le sens des aiguilles d'une montre , en gardant le stupa à votre droite ; c'est la manière correcte d'effectuer la circumambulation qui , à elle-seule , constitue un acte méritoire ; acquérir des mérites est le but des dévotions bouddhistes .

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 07:53


Surgi des océans
D'une volute de brume
D'une pincée d'écume
Naturelle
Evanescente
Fragile bulle
Légère plume
Voilée de tulle
Eva naissante
Rit aux éclats ; si belle
Sous le soleil , son amant .
Insouciante
Infidéle
Parfois même cruelle
Elle roule , déroule
La spirale du temps
Joue de ses charmes
De sa beauté
Ses seules armes ;
Inconsciente
Elle fredonne , dansante
Et renverse le sablier
Qui s'écroule .
Les dés sont jetés
Le cent roule
L'aspic râle
S'enroule , se déroule
Bondit et mord
Le sang coule
Ainsi surgit la mort .
Désormais
Eva mourante
Seule , gisante
Dans les marais
Pleure son infortune
Dans une éternelle solitude
Auprès de son amie la lune .

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 15:59
Le " hti " ou " ombrelle " est maintenu par une vingtaine de haubans d'acier .
1488 clochettes d'or gravées  de textes de prières y sont suspendues .
Au sommet des étages du zoon* , une flèche de 3 mètres supporte la girouette , surplombée par le seinbu* , sphère d'or incrustée de diamants et autres pierres .
* zoon : partie métallique au sommet du stupa      supportant la girouette et le seinbu .
* seinbu : sphère dorée , incristée de pierres précieuses , placée au sommet des " hti " des pagodes .

" L'aube réveille les ors des pagodons , zediyans , qui   entourent le stupa comme des flammes pétrifiées . "
                                              P. de Wilde


Depuis plus d'un siècle , les " autorités " de cette pagode font ajouter une nouvelle couche d'or tous les dix ans grâce aux donations collectées quotidiennement .
L'opération débute par la mise en place d'un échafaudage en bambou épousant les exacts contours du stupa ; un savoir-faire traditionnel qui reste bel et bien vivant .


En se promenant sur la plate-forme centrale , une véritable patinoire par temps de pluie , un véritable calvaire pieds-nus sous le soleil , on peut distinguer une soixantaine de stupa ; les plus grands marquent les points cardinaux .
Partager cet article
Repost0
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 16:00

La pièce d'orfèvrerie " hti ' ou " ombrelle " , couronnant le sommet de la pagode , a été remise en place plusieurs fois et des milliers de pierres précieuses y ont été ajoutées . Aujourd'hui la pagode Schwedagon est surmontée d'un globe serti de 4351 diamants repésentant au total 1800 carats . De flamboyants rayons de lumière jour ont été aperçus émanant du globe durant les rénovations de 1999 .

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 14:33

Schwedagon la vénérée , la superbe pagode dorée .
La pagode Schwedagon est un monde en soi , un de ces lieux fabuleux qu'il faut visiter plusieurs fois à divers moments de la journée , à l'aurore ou au crépuscule afin de la découvrir sous des angles différents , toujours avec un regard nouveau pour commencer à saisir l'esprit qui se dégage de l'ombre de ses ors .
Au commencement est la légende , celle de Bouddha donnant huit de ses cheveux à deux hommes qui lui avaient offert des gâteaux de miel après ses 49 jours de méditation sous le banian . Losqu'ils revinrent dans leur pays , le delta , ils remirent les cheveux au roi Okkalapa qui décida d'ériger un stupa pour conserver ces reliques . Admirablement guidé , il choisit comme site la colline la plus méridionale de la chaîne de Pegu où il trouva les reliques des trois bouddhas précédents . Sakrâ , le roi du panthéon des divinités birmanes , fut l'architecte du stupa . Au-dessus de la châsse , il fit placer une stèle dorée , puis une série de sept stupa s'emboîtant comme des poupées gigognes , dans des matières de moins en moins précieuses , jusqu'au stupa de briques qui s'élevait , dit-on , à 20 mètres .Ensuite vînt l'histoire ; elle se confond avec la dispute qui opposa Môns et Birmans pour le pouvoir sur le delta de l'Irrawady pendant huit siècles . La fonction royale impliquait la protection du bouddhisme ; en Basse Birmanie , à partir du XIVème siècle , époque des premières mentions historiques de la pagode , la Schwedagon fut régulièrement embellie par les rois , sans doute parce qu'ils la vénéraient mais aussi parce que la presqu'île de Dagon était un foyer d'insurrection qu'il convenait d'apaiser . Cette politique des rois se vérifiait encore au XIX ème siècle : Mindon , comme ses prédécesseurs Môns , fit une donation à Schwedagon pour maintenir son entente avec les Birmans du delta tombés aux mains des Britanniques . Shin Sawbu fut sans doute le personnage royal qui contribua le plus à la grandeur et au prestige de la pagode ; quand elle se retira à Dagon aprés avoir été la seule femme à avoir règné en Birmanie ( XVème ) - on a dit que la reine Victoria était sa réincarnation - , elle fit construire la plate-forme de la pagode , son parapet et son mur extérieur , redorer son stupa qui mesurait alors 91 m et elle lui dédia les terres environnantes . De nombreux autres souverains , môns jusqu'à la fin du XVème siècle , puis birmans , contribuèrent à l'embellir , en portant le stupa à sa hauteur actuelle , une centaine de mètres , en le redorant régulièrement , en faisant don de hti en or ( ombrelle qui sert d'ornement terminal ) , ou de cloches en bronze de plus en plus lourdes .
Schwedagon doit sa réputation à la sainteté de ses reliques bien sûr , mais aussi à sa hauteur qui en fait , dit-on , la pagode la plus élevée du monde bouddhiste , et à l'or dont elle est recouverte et qui impressionna tant les premiers Européens .
Malgré les tremblements de terre et les incendies qui détruisirent les structures secondaires , le stupa principal est resté debout .   

Partager cet article
Repost0
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 16:00
Aujourd'hui Sulé Pagoda trône au milieu d'un rond-point très fréquenté par les automobiles ; elle est considèrée comme le coeur de Yangoon .La signification de Sulé est plus que jamais vérifiée : celle que l'on contourne sans cesse . Mais cela vaut la peine de traîner à pied dans le coin et de la regarder de plus près . L'histoire de cette pagode remonte à plus de 2000 ans , maintes fois reconstruite , il est difficile de la dater exactement . Selon la légende , deux missionnaires bouddhistes rapportèrent de l'Inde des cheveux de Bouddha qu'ils offrirent à leur retour à un ministre de Dagon ; celui-ci se chargea de faire construire une pagode pour y enchâsser ces reliques . A la base de la pagode se trouvent de multiples échoppes ; dans les alentours on trouve des vendeurs de fruits ; des cages pleines d'oisillons , une bonne action à accomplir , en acheter un et le lâcher au grand air....A proximité du port , de Chinatown , du marché Bogyoke Aung San ...Sulé Pagode permet de rayonner dans tout Yangoon .
Partager cet article
Repost0
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 09:36


Très tôt ce matin
Insouciante
Avec joie
J'ai pris du bout des doigts
Une perle de rosée
Légère , minuscule
Evanescente
Petite bulle
Eclat du satin
Douceur de la soie
Infime goutte d'eau
La perfection du Beau !
Avec une infinie précaution
Tremblante autant qu'elle
Petite vie si frêle
Je l'ai délicatement déposée
Au creux de ma main
Avec émotion , l'ai contemplée
Avec attention , l'ai observée
Toute étonnée
Sous mes yeux émerveillés
Ont défilé le présent , le passé
Tous ceux que j'ai aimés
Que j'aime encore
Ma vie entière
Les secrets de l'univers
Le bonheur , la douleur
Les couleurs
De l'arc-en-ciel
Trésors et merveilles
Les rayons du soleil
Rubis et diamants
Nectar et miel
Ces miroirs du Néant
Des filles aux yeux d'or
Des garçons plus beaux encore .
Dans ma main
Je tenais le Destin
Un monde miniature
Véritable boîte de Pandore
Le petit livre d'or
Des lois de la nature
Des sciences
De la connaissance
Psyché de l'infini
Des mystères engloutis .
Gonflée d'orgueil
De mon savoir
De ma toute puissance
En tout insouciance
Je serrais un peu trop fort
Dans mon poing , ce trésor .
Une voix se fit entendre
Suivi d'un immense soupir :
" Aie ! tu me fais mal !"
Sans plus entendre
J'entrouvris les doigts

Et jetais un oeil...
La goutte en position
Fâcheuse
D'un oeil sépulcral
Me toisait , furieuse
"Pour ta punition ,
Me dit-elle ,
Regarde l'avenir
Ma belle !"
Dans ma paume seulement
Un trou béant
Un abîme , le Néant
Un monde obscur
Plein de souillures
D'où jaillirent
Des spectres effrayants
Des gnomes grimaçants
Des ombres menaçantes
Des insectes rampants
A l'aspect bancal
De pierre et de métal
Des fumées polluantes
Odeurs pestilentielles
Boues décapantes
Flaques visqueuses
Pluies torrentielles
Tours vertigineuses
Véritable Babel
Trés hautes dans le ciel
Vents violents
Typhons , ouragans
Séismes , famine
Guerre , mines
Partout la misère
Mains criminelles
Bruits démentiels
Viols , meurtres , tortures
Glace , déserts , froidure
Cris pathétiques
Assourdissants
Mélange anarchique
Hurlements , gémissements
Larmes , douleurs.....
Et.....arriva une masse informe
Triste , courbée , difforme
L'immense troupeau des hommes
Et moi , honteuse , en pleurs
Lamentable , désespèrée
J'avais contribué au malheur
De la planète
De l'humanité....
Au-dessus de ma tête
Passa la gouttelette
Hurlant à tue-tête
" Vous êtes bien trop nuls !
   Vous êtes bien trop bêtes !
   Vous n'avez rien compris
   Vous et votre progrès !
   Vous et vos outils !
   Vos bruyantes machines !
   Vos sales combines !
   La création sera toujours la plus forte
   Que le diable vous emporte ! "
Elle partit dans les airs
Ses mots résonnèrent
Aux alentours
Dans l'éther
Dans cet univers
Dépourvu d'amour .
" Science sans conscience n'est que ruine de l'âme ."

Partager cet article
Repost0
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 09:49

... Je n'ai pas changé d'argent à mon arrivée à l'aéroport ; il paraît que c'est un mauvais plan ! Les banques ne sont pas ouvertes , me voilà bien sans liquidités ! Je décide de changer mes euros au noir , chose facile , mais risquée ! Plusieurs hommes ont compris et m'accostent en murmurant : " Change ?" ; me fiant à mon instinct , j'en suis un qui m'emmène à travers des ruelles pour enfin aboutir à l'arrière-boutique d'un vendeur de fruits et légumes . Je sors délicatement mes euros , la moindre pliure ou tache et l'on vous refuse votre billet , ou alors on vous le négocie à un taux ridicule ; l'homme regarde méticuleusement , sur toutes les coutures , mes coupures et marmonne : " 1 dollar , 1000 kyats " . Je me bute sur la transaction : " No , 1200 kyats " Décidée je leur tourne le dos et part ; aussitôt l'un d'eux me court après : " Yes , lady , OK , 1200 "; c'est good j'accepte ; je sais que chacun touche une petite commission mais ce n'est pas une raison pour prendre les étrangers pour des dindons ! Bon je me fais rouler d'une centaine de kyats mais cela fait partie du deal . Je me retrouve avec des poignées de billets que je fourre rapidement au fond de mon sac en vrac : peu de chose en réalité , mais une fortune pour la majorité des Birmans . Le tour est joué , ni vue , ni connue , je repars ravie d'avoir du liquide . Qui dit que l'argent n'a pas d'odeur ? A peine quelques mètres plus loin , le chauffeur de l'aéroport me propose un plan pour le lendemain ; une excursion au Rocher d'Or , mon rêve !  200 dollars ! Je le regarde hallucinée , il se fiche de moi ou quoi ? Après une bonne heure de pourparlers nous arrivons à un accord : 40 dollars le trip A/R ; cela me semble honnête ; il viendra me chercher à quatre heure du matin devant l'hôtel . Marché conclu ! Heureuse et inquiète tout à la fois nous nous séparons . J'erre dans les rues , de tous côtés des sourires , des questions...Je les remercie et continue ; je me sens si bien seule , parmi tous ces inconnus dans cette immense agglomération où je ne connais personne . Vraiment libre , libre d'être telle que je suis . Je vadrouille de droite à gauche et me retrouve sur le port , au bord de l'Irrawady , ce large fleuve coule , gris , assez impétueux avec ces fortes pluies ; les barques claquent les unes contre les autres ; d'affreux tankers rouillés sont là à l'abandon , échoués pour l'éternité ; je reste un moment à contempler le paysage , rêveuse ; c'est bizarre la proximité des fleuves m'apaise , ils ont un effet bienfaisant sur moi  ; comme s'ils lavaient et emportaient avec eux toute ma souffrance et mes soucis . Je continue à musarder et me retrouve sur un pont qui surplombe la gare ; des enfants mendient , une gosse d'environ 5 ans , un bébé à ses pieds , sont là , sur le trottoir , dans les vapeurs , les gaz et le bruit assourdissant des véhicules de toutes espèces ; au-dessous , beaucoup vivent sur les voies ferrées , dans de vieux wagons , au milieu d'ordures où fouillent activement et avec plaisir , enfants , chiens et cochons...Je m'arrête prés de la gosse , je n'ai rien à lui donner , je réflèchis , mais si ! une petite panthère rose attachée à ma trousse ; une miniature qui accompagna mon fils durant sa scolarité et bien après...connaissant son bon coeur je savais qu'il ne m'en tiendrais pas rigueur si je me séparais de pinky...je sors la trousse et détache le petit animal rose , le dépose dans la main de la fillette ; ses yeux éteints s'allument aussitôt ; elle tourne et retourne le petit objet entre ses doigts , satisfaite , sous la morve et la crasse se dessine un timide sourire . Je repasse quelques heures plus tard , les gosses sont toujours là ; au cou de la fillette , attaché par une lamentable ficelle , pinky trône auprès de l'effigie de Bouddha ; je lui tends un gâteau , elle se jette dessus comme un animal affamé , je lui dis : " slowly "; elle s'arrête un instant , apeurée , et avale le reste d'un seul coup ; le bébé geint sur le trottoir , je n'ose ni le toucher , encore moins le prendre tant il semble fragile , tant sa saleté est repoussante ; je le tourne un peu et vois son visage rongé par la vermine ; sans doute les poux , les moustiques ...ses paupières collées par des croûtes purulentes , je ne vois pas ses yeux ; j'ai du sérum physiologique à la guest-house , j'en apporterai la prochaine fois . Le surlendemain je revins ; les gosses ne semblaient pas avoir bougé de place ; je tournais le bébé et lui mis quelques gouttes dans les yeux , je nettoyais doucement les croûtes qui se détachaient et j'aperçus son regard ; un bel oeil noir et l'autre tout blanc . Décidément cet enfant n'avait même pas la chance de posséder deux bons yeux . Cela m'énerva , vraiment la vie était trop injuste ! Je repassais les voir tous les jours , amenant un savon , un shampooing , un gâteau....mais les gosses étaient toujours aussi misérables ; sans doute troquaient-ils tout ce que j'apportais ; impossible de trouver leur mère , leur famille . Ne rien pouvoir faire , c'était frustrant ! Situation déjà connue en Inde et au Cambodge ! Etre là devant des pagodes recouvertes d'or au pied desquelles croupissent de pauvres êtres , quelle dérision ! Enfin je sais que j'ai donné un peu de bonheur à cette gamine ; elle arbore fiérement son pinky ; rendre le sourire , ne serait ce que quelques secondes , n'est-ce pas déjà énorme ? Quant au bébé , la dernière fois que je le vis , il grelottait de fièvre , ne pleurait même pas ; cette situation , tant de misère d'un côté , tant de richesses de l'autre , me révoltait . Pourquoi ? Plus le monde avançait en technologie , plus la situation devenait alarmante ; les milliards passés dans l'armement suffiraient    à nourrir , habiller et loger la planète entière . Ignominie des puissants !!!

Partager cet article
Repost0
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 09:58

Yangoon , anciennement Rangoon , est un passage obligatoire en Birmanie . Avec 5 millions d'habitants , cette ville accueille différentes communautés religieuses : bouddhistes , musulmanes et catholiques qui cohabitent en parfaire sérénité . A seulement une trentaine de kilomètres de la mer d'Andaman , parsemée de lacs et de jardins , elle garde encore l'atmosphère d'un gros village ; peu de villes asiatiques ont réussi à conserver une semblable authenticité . Les gratte-ciel n'ont pas encore réussi à défigurer le paysage ; les multiples échoppes des rues n'ont pas été supplantées par les fast-foods et autres commerces aseptisés ; ici la civilisation occidentale n'en est encore qu'à ses balbutiements et c'est tant mieux ! Les Chinois renforcent progressivement leur main mise sur l'économie , régnant en maître dans le quartier de Chinatown ; les trishaws ont laissé place aux véhicules motorisés , les motos et mobilettes sont interdites dans la ville de Yangoon ; d'impressionnants et luxueux hôtels voient le jour .
Capitale jusqu'en 2005 ,Yangoon laisse aujourd'hui sa place à la ville de Pyinmana déclaré officiellement capitale du Myanmar ; cette ville est interdite d'accès . Yangoon capitale historique élue par les Britanniques à la fin du XIXème siècle garde encore une forte empreinte coloniale . Capitale politique elle est désormais la place forte de la dictature au pouvoir . Capitale touristique , elle connaît un véritable boom immobilier , soutenue par les autorités désireuses de présenter au monde extérieur une façade de développement économique . Yangoon est le symbole de toute cette ambivalence birmane ; ses immenses et magnifiques parcs du centre-ville ferment leurs portes à la population à l'arrivée des dignitaires politiques ; les grilles de ses universités restent closent ; ses prisons affichent complet . Une échappée belle dans la cité pour visiter Schwedagon , haut lieu de pélérinage bouddhiste et bien d'autres magnifiques pagodes .
L'histoire de Yangoon est très récente mais non dénuée de rebondissements ; en 1752 le roi Alaungpaya décide , pour asseoir sa suprématie sur toute la Basse Birmanie , de construire une ville sur l'ancien site de Dagon désireux d'en faire le premier port de tout le pays . Voilà le destin du port de Yangoon tout tracé . Après de nombreuses batailles , au XIXème siècle Yangoon est remodelée par les Britanniques suivant un tracé rectiligne irréprochable .
Ce n'est qu'en 1885 que cette ville devient la capitale de la Birmanie , à la suite de la colonisation britannique , époque où Yangoon brillait de mille feux .
Au XXème siècle , la capitale n'a plus si fière allure ; il faut attendre les années 80 pour voir quelques changements ; les bâtiments hérités de l'époque coloniale sont rénovés et les habitants installés à l'extérieur de la ville .

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Asiamour
  • : Pensées à la dérive Amoureuse inconditionnelle de la planète
  • Contact

MES CONVICTIONS

" Tout ce qui n'est pas donné est perdu ." proverbe indien

" Les mots sont les passants mystérieux de l'âme ." V.Hugo

" J'ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de

  l'indifférence ." A.France

" La liberté c'est s'oublier ." Apsara

" Le premier amour est toujours le dernier ." T.Ben Jelloun

" L'idéal est un oeil que la science crève ." V. Hugo

" Science sans conscience n'est que ruine de l'âme ." 

                                        Rabelais

" Les souffrances extrêmes ont les intuitions infaillibles de

   l'instinct ." P. Bourget

" J'aurai beau tricher et fermer les yeux de toutes mes

   forces....il y aura toujours un chien perdu quelque part

   qui m'empêchera d'être heureuse ." J. Anouilh ( La

   sauvage )

" Je souffre donc je suis ." Apsara

Recherche