Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 07:46

...Dans ma chambre , je me débarasse du superflu , vide mon petit sac à dos , prends mes APN , mes papiers et pars à la découverte de Yangoon , ville trépidante et grouillante de vie . Je descends rapidement les escaliers ; arrivée dans la rue , la chaleur s'abat sur moi comme une chappe de plomb , me cloue au sol . Incroyable je n'avais pas connu cette sensation depuis mon premier voyage au Cambodge ! Pourtant habituée à de fortes chaleurs , je restais un moment sur place ; premier objectif acheter une bouteille d'eau , vitale dans ces pays ! Respirant un grand coup je me dirige vers Sulé Pagode ; le soleil darde ses rayons qui se reflètent sur cette magnifique construction dorée . Je contemple un instant le passé qui cohabite en parfait accord avec le présent ; des immeubles modernes s'élancent joyeusement à l'assaut du ciel ; parfaite entente aussi entre les différentes religions ; mosquées , églises autour de Sulè Pagode . Tiens tout un groupe de birmans vient me souhaiter de joyeuses Pâques , cela ne m'était jamais arrivé en France !!! Pourtant ce ne sont pas les grenouilles de bénitier qui manquent dans mon village.....
De nombreux pélerins et pratiquants , les bras chargés de bouquets et d'offrandes de toutes sortes arrivent paisiblement ; aucune hâte ; les femmes et les enfants disparaissent sous des monceaux de fleurs , des guirlandes et des couronnes de jasmin . Ce jasmin dont l'odeur me poursuivra partout en Orient , m'enivre et me plonge dans une douce sérénité . Tout au long de mon voyage je resterai stupéfaite devant cette ferveur religieuse empreinte de respect et d'humilité ; témoignage d'une totale confiance en Bouddha . Les Birmans consacrent leur existence entiére à prier en vue d'une vie meilleure . Surprise aussi par le manque d'entretien et la saleté des rues , en fin d'après-midi , les rats pataugent dans les caniveaux et les ordures ; sur les trottoirs de profonds trous sont un réel danger pour les piètons étourdis ; attention la nuit , se munir d'une lampe de poche afin d'éviter de se trouver dans une mare saumâtre !
Surprise aussi par la misère qui règne dans cette ville ; beaucoup d'enfants au regard perdu , mendient , sans doute affamés , fièvreux ....
Par l'agréable accueil , ici tout le monde vous sourit , vous dit : " Welcome , Good morning , Mingalaba " ; on veut vous guider , vous rendre service . Bon j'achète deux bouteilles d'eau , il fait vraiment chaud , plus de 40°,le soleil tape fort , c'est la fournaise ; je lève le nez et voit d'énormes nuages noirs dans le ciel , un vent bouillant se lève , tout vole , s'envole dans les rues ; je me hâte de trouver un abri sous un porche ; une pluie torrentielle se déverse à grands seaux , une véritable douche , forte , extrême , emplissant les rues d'eau ; en quelques instants la ville a changé d'aspect ; tout dégouline . Puis brusquement plus rien la chaleur implacable reprend ses droits laissant quelques rares flaques... 
                                                                                              à suivre

Partager cet article
Repost0
27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 09:50
Par un si joli mois d'avril
Une de ces journées de printemps
Où tout semble tendre , gai , riant
Où la nature se fait docile
Sans un bruit , sans un choc
Le cercueil arriva tout droit de Bangkok
Métal froid , austère , capitonné
Déposé là , comme abandonné .
Devant la foule toute assemblée
Il se dressa goguenard , arrogant
Se tourna violemment vers Elle
Lui lança en pleine face
Ces mots ignobles , cruels :
" Cela va te dresser à présent
Tu vas enfin plier maintenant ! "
Elle ne broncha pas , resta de glace
Mais son cri intérieur
Monta jusqu'au ciel
Sa douleur au paroxysme
L'enveloppait d'un nauséeux laxisme
Elle aurait voulu hurler sa souffrance
Tout briser , tout anéantir avec violence
Verser des larmes de sang
Mais tout cela elle l'avait déjà fait
Sous un soleil de plomb , seule , en paix
Une dizaine de jours auparavant .
Sa bouche s'emplit de cendre , de terre
Puis un liquide bizarre , amer
Acre , au goût d'encre , de fiel
Jaillit du plus profond d'elle
Une bête visqueuse , une chose malsaine
Qui broie et ronge tout sur son passage
Que l'on nomme communément la haine
Cette violente puissance lui fit peur
Vite , elle l'enfouit sous son coeur
L'étouffa , qu'elle se tienne sage
Ce n'était ni le moment  ni l'heure
Mais en pensée
Elle fit un magnifique bras d'honneur
A sa famille , à la socièté .
Quant à l'amour
Elle en aurait toujours
Pour son fils couché là
Pour la planète entière
Mais en aucun cas
Pour ces tortionnaires......
 
Partager cet article
Repost0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 08:40

 

Aéroport de Mingaladon , Yangoon , accueil froid , austère , femmes en uniforme , ou foulard avec d'horribles chaussettes noires ( islam pur et dur ) qui gâchent la silhouette . D'un côté les locaux , la quarantine , de l'autre les foreigners ; très peu d'étrangers , avec moi 5 occidentaux figés ! Arrive mon tour , une femme me fait signe d'avancer , regard inquisiteur , je lui tends mon passeport en sussurant un timide " Good evening " ; elle me regarde , étonnée , son visage se déride , amorce un petit sourire et m'adresse un chaleureux " Welcome " suivi d'un joli mot " Mingalaba " , bonjour en birman !Quelques secs coups de tampons sur mon passeport , vérification du visa et hop ! me voici en Birmanie , enfin au Myanmar , mais j'emploierai la première appellation , que je préfère  , tout au long de mes textes  ! Ce pays totalement inconnu pour moi ,  m'ouvre les bras !!! L'aéroport est petit , gain de temps , je récupère mon sac à dos , direction exit ; une cohue de chauffeurs de taxi se jettent sur moi ! Yangoon ? Huit dollars ! Very expansive ! Je sors , une chaleur accablante m'écrase littéralement , misère , moi qui ne crains pas du tout la canicule , là je suis stupéfaite...Un chauffeur me propose la course à six dollars ! Expansive ! Finalement je l'obtiens à quatre dollars ; j'accepte , bon je me fais rouler , mais cela fait partie du jeu ! L'homme en longy , cheveux longs , une véritable tête de pirate ; ce qui n'est pas fait pour me déplaire;cela commence fort ! Vraiment très fort , il prend mon sac et le dépose dans une véritable épave ( tout de suite j'ai pensé à la tête des gars chargés du contrôle technique en France s'ils voyaient arriver un engin pareil ) :deux portières manquantes , les autres tenaient par des ficelles et des câbles ,toute cabossée , un véritable dépotoir à l'intérieur , à ne pas savoir où poser les fesses ; je n'allais pas faire ma mijaurée , je grimpais et vogue la galère...et que risquais-je ? Bouddha collé sur le pare-brise veillait  sur moi avec compassion entouré d'offrandes de toutes sortes accrochées çà et là !!!Toute amusée par l'exécrable anglais parlé par mon driver , pire que le mien , nous arrivions à nous comprendre à merveille ! Je sors mon " Petit Fûté " et lui explique que je veux trouver un hôtel cheaper ; plus précisément une guest- house ; je lui montre un nom sur mon guide , mais suis-je bête , il ne sait pas lire notre écriture ; je prononce le nom : " Pyin Oo Lwin ", il ne comprend pas non plus ! Je recommence sans succès et d'un seul coup il s'écrie ; " Yes , Yen ô Yin ; je le regarde tout étonnée ,bon après tout s'il m'emmène ailleurs ce n'est pas si grave que ça ! Tout en admirant le paysage , et j'ai le temps , nous devons rouler à 20-30km/h ! J'aurais mieux fait de prendre une de ces magnifiques charrettes tirées par des zébus...Partout des flamboyants , des espéces d'énormes cytises aux énormes grappes d'un jaune éclatant ,des maisonnettes en bambous , d'immenses palmiers...L'état des routes , les soubresauts de la bagnole me mettent au parfum quant à la suite du voyage ! Puis les avenues s'élargissent , s'occidentalisent ; le chauffeur me propose mille et une visites à des prix défiant toute concurrence ; j'écoute d'une oreille distraite ! Devant moi se dresse une immense pagode miroitant au soleil , dorée , plendide : la vénérée Schwedagon ! Des immeubles style english . La circulation se fait plus dense ; on roule n'importe comment . Nous arrivons en plein centre-ville : Sulé Pagoda devant moi , entourée d'immeubles modernes , d'églises , de mosquées ; à son pied une multitude d'échoppes . Nous la contournons et prenons une rue transversale où mon chauffeur stoppa net devant un escalier minable peint en rouge....Exact ! Le nom de ma guest-house figure en toutes lettres sur cet horrible mur ! Quatre étages raides à gravir , mon chauffeur les monte quatre à quatre mon énorme sac sur le dos...et je pénètre dans une coquette entrée , largement aérée par plusieurs grandes baies vitrées donnant sur un balcon surplombant la rue passante ; une véritable tour de guêt permettant d'admirer la vie grouillante de Yangoon . L'accueil est sympa , cet endroit , tenu par une famille jeune , est calme ; je trouve immédiatement une chambre propre pour 8 dollars la nuit : Deux lits , climatisation , douche eau chaude/froide , WC à l'intérieur Que demander de plus ! Plein centre de la ville , à deux pas de Sulé Pagoda , à quelques minutes de l'Irrawady ; des commerces partout , la gare pas très loin . Tout s'annonce bien . Je glisse un pourboire au chauffeur qui me remercie mille fois et dévale les escaliers tout content !

 

Désormais je vivrai au jour le jour , ne rien prévoir , ôuverte à tous les événements , découvertes et rencontres...
                                                                                             à suivre....

Partager cet article
Repost0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 16:15

Fabrication du cheeroot

Partager cet article
Repost0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 15:52

Mise à part le bétel ou chique sanguinolente , fumer le cheeroot ou cigare est certainement le vice birman le plus répandu . Les hommes s'offrent ce petit plaisir pour quelques kyats , les femmes par contre raffolent des cheeroots grands formats , roulés dans une enveloppe d'épi de maïs . Contrairement au cigare occidental prisé par les hommes d'affaires et autres....le cheeroot birman est un signe de ralliement des plus populaires . Fabriqué artisanalement et exclusivement par les femmes avec une minutie , une dextérité imbattables ; et pour cause : elles sont payées à la pièce ! La fabrication est très simple : un filtre de papier maïs , des senteurs exotiques et selon les goûts et l'humeur du jour , sucre , arôme de banane , herbes ou épices diverses , le tout roulé dans une feuille de cardia dichotoma . Enivrée par l'agréable odeur du cheeroot , j'ai voulu tirer quelques bouffées... résultat : bon mal de tête et envie de vomir...il faut dire que je ne fume pas mais je suis curieuse et j'aime bien tout essayer , enfin presque!!!lol!!!il ne faut quand même pas exagèrer !!!

Partager cet article
Repost0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 15:06

Dure et tendre à la fois
Ta surface vitrifiée
Glisse sous mes pieds
Craque sous mes pas
Telle une Viennetta glacée
Légère et givrée
Fondant délicieusement
Entre mes dents
Dans ma bouche
Crémeuse parfois
Croustillante souvent
A peine je te touche
Blanche et fine couche
Mille perles , petites boules
Devant moi roulent
Etincelles de feux
Diamants précieux
Tes pépites sautillent

Ton or scintille

Bruits de métal

Fleurs de cristal

Sons secs , bris de miroir

Froids , cris de désespoir

Traîtresse plaque

Sous mes péchés tu craques
Comme une gifle , une claque
Quelque chose cède
Un amour décède
Le charme est rompu
La vérité est toujours nue
Vitre brisée , verre cassé
Lames de rasoir , sans espoir
Morceaux qui tombent
Froidure de la tombe
Tes plis m'enrobent
Mon coeur se dérobe
Lâche trahison
Mortel frisson
Mouvant linceul
Flottante et seule
Tes eaux étales
Se referment glaciales
Plus un bruit , le grand silence
C'est la nuit sur le lac de Sylans .

Partager cet article
Repost0
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 09:50
Sans doute le champagne te monta a la tête ! Pour la première fois de ta vie tu osas émettre quelques idées...Mais cette fois-là il ne t'a pas pardonnée ! J'ai voulu même t'arrêter de parler...et puis quelques bulles pour la fête des mères pas de quoi pondre toute une affaire ! Tu allais bientôt avoir 75 ans ! Angoissée , j'ai marmonné : " Bonne fête maman "...
Tout vola en éclats , les flutes de cristal , le vase de Baccara , le gâteau et les fleurs ; du vin il y en avait jusqu'au plafond ; de sales taches , funestes prémices à ce qui s'ensuivit . Balayant tout sur la table , d'un geste brutal , il t'empoigna , te fit tournoyer et t'envoya te fracasser contre le radiateur de l'entrée . Il descendit au garage...
Le pauvre pantin qui gisait là , entouré de sauce , de morceaux de verre , dans une flaque de sang , c'était toi maman ! Terrorisée , je te parlais , Dieu merci , tu respirais ; tu repris tes esprits , osant à peine te toucher de peur de te briser , j'entrepris de te relever ; je t'aidais comme je pouvais....le visage tuméfié , un bras disloqué qui pendait lamentablement , du sang partout...
Il revint à l'assaut ; goguenard malin , m'empêcha de te conduire à l'hôpital , il s'en chargerait ! elle était sa femme après tout !!! Vous savez bien , à cet âge , elles perdent la tête , ne tiennent plus debout et tout et tout...un regrettable accident , voilà tout !
Bilan : Une pommette défoncée , 45 jours de plâtre , trois opérations ; ma mère qui n'avait jamais revu un docteur depuis ma naissance et qui faisait facilement quinze kilomètres à pied...
Vous pensez , j'en suis sûre : " Mais tu aurais dû parler , faire quelque chose...." J'ai fait tout cela et voilà ce qu'on m'a répondu : " Ton pére ? Mais c'est impossible ! Un homme si gentil , si poli , si prévenant et...gnagnagna !!! De toutes façons , tu es folle ! Tu racontes n'importe quoi etc...!"
Avec tant d'émissaires , il n'est pas près de sombrer l'empire des tortionnaires !!!
Partager cet article
Repost0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 09:16
Tu m'as pris par la main
Sans me connaître...
Tu m'as fait renaître
Sous tes doigts de magicien
De ton plus beau sourire
Effacé les souvenirs
Ouvert les portes de l'avenir
Tes yeux fondus dans les miens
Tu as dénoué mes cheveux
Et mêlés aux tiens , soyeux ,
De nos sombres chevelures
A jailli le futur
Fabuleux lendemain
Pluie d'étincelles
D'or et de soleil
Trésors
Merveilles
Telle sur une toile
Sur mon corps
Sans voiles
Tu as gommé
Le passé
Le désespoir
Peint des étoiles
Aux prénoms enchanteurs
Amour , bonheur
Espoir
Sur ta peau de satin
J'ai entrevu demain....
Partager cet article
Repost0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 08:11

Sous mes pieds
Le sol craquelé
Agonise , quémande
Une obole , une offrande .
La chaleur est extrême
Moment que j'aime !
Le ciel menaçant
L'air étouffant
Pas une vie à la ronde
Nul bruit , nul son
La nuit recouvre le monde
D'une chappe de plomb .
Puis soudain...
Grondements sourds
Violents éclairs
Le ciel fait l'amour
A la belle gironde
Sa compagne de toujours
Son amie la terre .
Plus rien...

Tout est immobile

Mort , tranquille

Dans son écrin scellé

Le temps semble figé .
Puis une brise légère
Un souffle d'air
L'étau se dessèrre
Pas d'erreur
Aucun doute
Sur ma joue en sueur
Une goutte
Et deux , et trois...
Présent de roi
En quelques secondes
Une pluie torrentielle
Manne providentielle
S'abat sur le monde
A grands seaux
Les dieux versent
Des trombes d'eau
Des averses
Les familles entières
Habillées , à moitié nues
Se précipitent dans les ruelles
Dans les rues
Rendant grâce au ciel
De mille façons
De mille prières
A la bienfaitrice mère :
La mousson .
Partout
En un instant
De l'eau jusqu'aux genoux
Les enfants rient et jouent
Dans les champs
Les animaux s'ébrouent
Les insectes et les oiseaux
Chantent le renouveau
Les plantes et les fleurs
S'épanouissent largement
Sur Gaïa en pleurs .
Naissance , éclosion
Renaissance , résurrection
Le miracle de la nature
Par delà les siècles perdure .
Du bout des doigts
Avec une immense joie
J'ai senti battre le coeur
D'une nation
Du bout des cils
Heureuse , tranquille
J'ai entrevu la splendeur
De la création .



Partager cet article
Repost0
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 16:39


Arrive un moment
Où l'on comprend
Que tout est fini
Que l'être le plus cher
S'est endormi
Pour toujours
Il est parti
N'est plus en vie
Il a déserté la terre .
Cet outrage à l'amour
Ce point de non-retour
Qui , au bord du précipice
Met l'âme au supplice
Nauséeux vertige
La terre sous les pieds
Tremblante , semble fissurée
Puis cette fracture
Indicible cassure
Le corps en deux se brise
La cervelle frise la crise
Vite se tenir la tête

Faire quelque chose

Pas qu'elle explose

Serrer les poings

Se cacher dans un coin

Comme une bête

Se ligoter l'esprit

L'entraver , l'enchaîner

Pas qu'il sombre dans la folie
Ne plus bouger
Respirer , souffler
Surtout se calmer
Seule dedans
Attendre le néant
Seule dehors
Attendre la mort
Qui du coin de l'oeil veille
La cruelle...
Attendre , attendre
Les idées s'éclaircissent
Les pensées s'assombrissent
Ainsi commence
La lente et sinueuse
Progression de la souffrance
L'absence , odieuse
S'installe , douloureuse
Grignote le cerveau
Creuse profond l'estomac
Vous martèle les os
Vous hurle aux tempes
" C'est comme ça ! "
Vous abat....
Accrochée à la rampe
Au milieu d'une totale indifférence
Vous crever
De ne pas crever
Vous hurlez en silence.....

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Asiamour
  • : Pensées à la dérive Amoureuse inconditionnelle de la planète
  • Contact

MES CONVICTIONS

" Tout ce qui n'est pas donné est perdu ." proverbe indien

" Les mots sont les passants mystérieux de l'âme ." V.Hugo

" J'ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de

  l'indifférence ." A.France

" La liberté c'est s'oublier ." Apsara

" Le premier amour est toujours le dernier ." T.Ben Jelloun

" L'idéal est un oeil que la science crève ." V. Hugo

" Science sans conscience n'est que ruine de l'âme ." 

                                        Rabelais

" Les souffrances extrêmes ont les intuitions infaillibles de

   l'instinct ." P. Bourget

" J'aurai beau tricher et fermer les yeux de toutes mes

   forces....il y aura toujours un chien perdu quelque part

   qui m'empêchera d'être heureuse ." J. Anouilh ( La

   sauvage )

" Je souffre donc je suis ." Apsara

Recherche